Sa date de naissance ne nous est pas connue avec précision, mais la première mention d’une communauté remonte en 1236. C’est d’ailleurs durant ce XIII siècle que furent fondées les maisons cisterciennes de la province de Namur.

La légende s’est emparée de ce fait historique et nous livre un récit non dépourvu de charme : lors de la première roisade, les épouses des nobles chevaliers partis pour délivrer Jérusalem des mains des Turcs, se retirèrent à Marche-les-Dames au nombre de 139. Celles dont les maris ne rentrèrent pas fondèrent la première communauté.

La vie religieuse ne s’interrompit que peu de temps à Marche-les-Dames dont les bâtiment successivement occupés par les Pères Lazaristes et les Soeurs de Saint-Vincent de Paul.

En 1875, les Ursulines de Cologne s’y installèrent et ouvrirent un pensionnat ; la défaite allemande de 1918 les contraignit à retourner en Allemagne.

Des Carmélites apostoliques françaises leur succédèrent et acceuillirent à Marche-les-Dames des orphelines de guerre.

Elles créèrent ensuite une école professionnelle qui fit place en 1965 à une maison de repos pour dames et jeunes filles. En 1972, l’IATA (Institut des Arts et Techniques Artisanales) transforma une partie des bâtiments en internat, tandis qu’une aile resta occupée par les Carmélites jusqu’au 1976.

En juillet 1980, l’IATA quitta Marche-les-Dames.

L’abbaye a hébergé depuis 1981, la Communauté des petites Soeurs de Bethléem. Depuis quelques années maintenant, l’Abbaye est occupée par les ‘Madonna House’.

Elle se situe au coeur de la vallée sur la route menant à Gelbressee.