Trois jours de fête, d’amitié, de convivialité pour laimenter les souvenirs déjà nombreux entre les deux entités jumelées de Marche-les-Dames et Pontailler sur Saône.  Le soleil était de la partie dans les jardins de l’abbaye Notre-Dames du Vivier pour accueillir les 75 habitants de la Bourgogne. Le député régional Jacques Etienne, des membres des conseils des deux villes étaient présents, ainsi que Mme Honhon, consul honoraire de France et le commandant Vanderborght des paras.
Cadre idylique pour célébrer 34 ans de joie et de peines, mais surtout de liens solides. C’est ce que rappela le président belge du comité de jumelage Baudouin Sohier citant les pionniers de cette union Jacquy Céréssiaux, Jean Lefèvre, Mme Sage, André Garreau, Christian Garnier, Michel Peharpré, Gérard Roussi, ainsi que toutes les familles jumelées.

Rapprocher les hommes Le président insista sur l’importance de se rencontrer sans a priori, de dialoguer, d’apprendre à se connaître et d’apprécier les valeurs respectives au delà de tous les particularismes étroits et dans le respect de la diversité. ‘L’essentiel est de permettre aux hommes et aux peuples de vivre ensemble en bonne harmonie.

Développer les échanges d’amitié, privilégier les rencontres conviviales de groupes initier et approfondir les connaissances familiales, développer l’ouverture culturelle et touristique, voilà la philisophie de notre jumelage’. conclut baudouin Sohier.
Le président français du comité de jumelage Pierre Futelin a eu une pensée particulière pour tous ceux qui ont fondé cette union. Il a précisé que c’était sa première venue en Belgique comme président et a signalé qu’une succession est toujours difficile. Il a souhaité que, lors de la prochaine visite des Mosans à Pontailler sur Saône, le nombre des familles jumelées dépasse le nombre d’années d’existence de ce jumelage. Un Monopoly L’Echevin Mathen a rappelé que le Ville tenait beaucoup à ses jumelages, à leur fraternité, à leur amitié, et a souhaité que les liens se concrétisent davantage avec ‘nos amis de longue date’. Un regret pour l’échevin, celui de ne pas être citoyen de Marche-les-Dames, mais aussi un souhait, celui de devenir citoyen de Marche-les-Dames pour pouvoir se rendre à Pontailler sur Saone pour des festivités amicales.
Il a remis comme cadeau un Monopoly de la ville de Namur.

Les bourguignons pourront ainsi se familiariser avec les rues de la capitale wallonne. M Hubert Camp, premier adjoint au maire, a expliqué que le jumelage était un des principes de l’union européenne et il a rendu hommage aux élus de l’époque pour leur clairvoyance et leur dynamisme.

Après ces discours, les cadeaux ont été échangés après l’exécution des hymnes nationaux. Les festivités ne faisaient que commencer. La journée de dimanche a débuté par le dépôt d’une gerbe au monument aux morts et la messe du jumelage en l’église de Wartet. Une visite guidée des grottes de Goyet était prévue au programme avant le repas chaud et la soirée dansante avec orchestre.

0 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous reading
Jumelage 2004 (F)
Next reading
Jumelage 2002 (F)