40 ans d’amitié

L’une est française, l’autre belge; elles se ressemble sans être indentiques.
Pourtant, elles sont “jumelles”.
C’est le cas de plusieurs milliers de communes d’Europe, telles Marche-les-Dames et Pontailler sur Saône.”
Un jumelage c’est la rencontre de deux communes qui s’associent pour agir dans une perspective européenne, pour confronter leurs problèmes et pour développer entre elles des liens d’amitié de plus en plus étroits”. Née au lendemain de la seconde guerre mondiale, cette idée a depuis largement fait son chemin. Aujourd’hui, près de 15 000 communes d’Europe dans les pays membres de l’Union européenne sont engagées dans le mouvement des jumelages. Dans le contexte de la réconciliation d’après-guerre, le jumelage tendait à construire une Europe pacifique à partir de ce qui constitue la cellule de base : la commune.
Trouver une commune partenaire
Le choix d’une commune partenaire devait répondre à différents critères, mais il devait surtout obéir à un objectif: favoriser la pérennité des relations entre les deux communes.  C’était la volonté dans les années 60 des précurseurs du jumelage, Louis Bonet et Jacquy Céréssiaux du côté de Marche-les-Dames, et André Garreau et Marcel Lechleitner du côté de Pontailler. La nécessité de ne pas s’engager à la légère était importante. C’est la recherche de similitudes qui a présidé au rapprochement des deux communes : superficie, population, localisation, centres d’intérêts, activité économique…

Les premiers contacts
En 1967 lorsque la commune a choisi sa partenaire, la période de préparation du jumelage a alors débuté. A l’occasion des premiers contacts,  des élus et des délégués de chaque commune se sont rencontrés.
Ce fut l’occasion de faire connaissance, d’exposer ses motivations, d’établir des liens et de préparer un programme d’échanges.Cette phase fut très importante pour l’avenir des relations entre les deux communes, car c’est à ce moment-là que les responsables se sont mis d’accord sur l’objectif du jumelage et les moyens à mettre en œuvre pour l’atteindre. Le jumelage a également engagé la commune car il n’aurait pas pu se réaliser sans l’accord du Conseil communal et Municipal de l’époque. Afin d’intégrer le jumelage dans la vie de la commune et de répondre à la volonté de la population locale les premières manifestations publiques ont associé le plus grand nombre d’habitants par le biais des clubs sportifs (football), des associations de jeunesse, de musique (fanfare) des écoles…  Enfin, l’aboutissement logique de cette phase de préparation furent les cérémonies officielles du jumelage.
Elles furent organisées successivement dans chaque commune,
en avril 1969 à Marche-les-Dames et en juillet 1969 à Pontailler. Symboliques et représentatives de ce que seront les futures relations entre les deux communes, ces manifestations ont été marquées notamment par la signature de la Charte de jumelage, acte solennel et public qui a engagé les élus – ou encore l’installation à l’entrée du village d’une plaque “Commune jumelée” mentionnant le nom de la ville partenaire.
L’animation du jumelage
Pour assurer la bonne marche du partenariat il était très important de choisir une structure opérationnelle adaptée. C’est sur cette structure que repose la responsabilité de l’animation des différentes activités. La formule d’un Comité de jumelage s’est facilement imposée, compte tenu de la taille relativement modeste de nos communes. Le Comité de jumelage élabore et réalise les programmes d’échanges, et est l’interlocuteur des habitants, des associations, des divers partenaires locaux pour la mise en oeuvre des opérations.
Il assure également la promotion du jumelage et, plus largement, l’information et la sensibilisation sur le plan local.
Le Comité de jumelage a été constitué un peu avant les fusions de communes belges. C’est une véritable association qui rassemble des bénévoles qui veulent participer à l’animation du partenariat. Ses membres et ses instances (comité et Assemblée générale) se réunissent régulièrement, ils élaborent les programmes et produisent les comptes.
Comme le comité ne bénéficie que de peu de moyens d’origine publique, il doit aussi trouver lui-même une partie de ses ressources (contributions des participants aux rencontres, produits de manifestations…)
Une mission bien précise
Cette association n’est pas un simple organisateur de voyages ou de séjours d’agrément. Les voyages ne sont que l’un des moyens de réaliser l’objet de l’association qui est de “favoriser les rencontres entre les habitants des deux communes » et de faire découvrir les richesses culturelles, patrimoniales, touristiques, folkloriques de notre région.
Comité Belge
Le comité de jumelage de Marche-les-Dames est composé actuellement de : Baudouin Sohier, Président – Anne-Sophie Péharpré, Secrétaire —Dany Goffin, Trésorier— Michael Dangoisse — Suzanne Crépin – Ginette Péharpré – Freddy Hanset — Guy et Geneviève Jaumotte – Jean et Jeannine Constant – Claude Mertens – Robert Cocq – Martial Crépin, membres.
Promouvoir des valeurs humaines
Participer aux échanges internationaux permet aux jeunes de découvrir les perspectives et les opportunités que leur offre la construction européenne.  Le climat de confiance qui règne entre Marche-les-Dames et Pontailler sur Saône et la bienveillance avec laquelle nos jeunes sont accueillis ne leur offrent-ils pas les meilleures conditions pour élargir leurs perspectives d’avenir ?
Travailler ensemble
Basé sur des valeurs humaines, le jumelage s’est affirmé comme un lieu d’échange de savoir-faire sur le développement local. On n’hésite pas à piocher dans la ville partenaire des idées que l’on applique ensuite chez soi. On est heureux d’y voir des réalisations inspirées des siennes. Combien de villes françaises ou belges n’ont-elles pas pris pour modèles leur partenaire européenne pour l’aménagement de zones piétonnières, de pistes cyclables, d’équipements publics pour personnes handicapées…?
Construire l’Europe ensemble
De l’avis unanime de ceux qui en sont les artisans, les échanges entre communes européennes contribuent à donner à l’Europe sa légitimité aux yeux des citoyens.
C’est d’abord grâce à la rencontre, au dialogue, à l’expérience de vie avec d’autres Européens que l’on fait concrètement l’apprentissage de la citoyenneté européenne.
La base du jumelage, les familles
Des centaines de familles
Depuis le début de notre jumelage avec Pontailler sur Saône en 1969, des centaines de familles se sont investies dans les différentes rencontres.  Notre jumelage est basé sur l’amitié entre nos deux communautés mais aussi et surtout entre les familles qui composent le jumelage. En acceptant de recevoir une famille française, celles-ci ont ouvert leur porte à leurs amis « jumeaux ».
Depuis 1969,
Certaines sont présentes depuis le début et participent toujours aux différents jumelages. Qu’elles en soient vivement remerciées.
Notre jumelage a 40 ans
Cette année, nous sommes heureux de pouvoir fêter notre quarantième anniversaire de jumelage. Au cours du premier week-end de juillet, les 3, 4, 5 et 6 juillet 2009, des festivités se dérouleront dans notre village.C’est avec plaisir que le comité vous invite à participer à l’une ou l’autre activité. Le programme sera distribué très prochainement et pourra être consulté sur le site : www.jumelagemld.be
Déjà un tout grand merci pour votre collaboration, votre aide et votre présence.

0 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous reading
Jumelage 2011 (B)
Next reading
Jumelage 2010 (F)