Les belges arrivent à Pontailler pour la première fois

Plusieurs milliers de personnes assistent en ce samedi soir 19 juillet au feu d’artifice cloturant la 1er journée des cérémonies du jumelage entre Marche-les-Dames et Pontailler.
Pour être dignes de l’accueil qui leur avait été fait à Pâques par leurs amis belges, les administrés de M. Lechleitner bravèrent toutes les embûches. Samedi après-midi, toute la population accueillait, par de longues acclamations l’autocar et les 40 voitures de la délégation belge toutes décorées de rubans aux couleurs belges et françaises. La municipalité reçu officiellement le bourgmestre et les échevins de la cité d’outre-quiévrain, après quoi, L.Garnier remit les clés de la ville à M Bonet, tandis que de charmantes fillettes offraient des fleurs aux épouses des premiers magistrats belges.

Défilé, discours, inauguration de la plaque commémorative : la cérémonie bat son plein. Par l’intermédiaire de MM Fanet et Gourmet, le syndicat d’initiative de Pontailler remet une poupée bourguignonne à  chaque couple belge après que le groupe d’enfants conduit par Mme Jubilo eut exécuté une danse typique de notre région. Apéritif, retraite aux flambeaux, feu d’artifice, concert, fête foraine, jusqu’à une heure avancée de la nuit, Pontailler vécut à l’heure belge.

‘Si l’égoïsme et la haine ont une patrie, l’amitié et la fraternité n’en n’ont pas’, c’est cette phrase de Lamartine qui servit de devise à ces journées officielles et qui fut développée par M le curé Chalmendrier, à la messe du dimanche matin. Sous une chaleur accablante et après le dépôt d’une gerbe au monument aux morts par les deux maires, c’est au parc municipal qu’eut lieu la grande cérémonie de signature de la charte officielle et de la remise des cadeaux.

‘Si hier, dit M Lechleitner, nous vous avons offert les clés de notre cité, aujourd’hui, nos compatriotes vous offrent leur coeur’.

Répondant à ces aimables paroles, M Bonet souhaita la longévité du jumelage et évoqua l’enrichissement exceptionnel de ces journées. Marche-les-Dames offrit à Pontailler un tableau d’une grande valeur : une oeuvre unique peinte en 1934 et représentant le rocher tragique de Marche-les-Dames, rocher qui causa la mort du Roi Albert 1er.

0 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous reading
Jumelage 1970 (F)
Next reading
Jumelage 1969 (B)