Pontailler est en fête en accueille ses amis belges pour célébrer l’anniversaire de leur rapprochement. Dès samedi soir, les rues de la petite commune connaissent une animation exceptionnelle : retraite aux flambeaux avec ‘La liberté’ et feu d’artifice sur les bords de Saône.

Place des marroniers, à la même heure, avait lieu un concert et les réjouissances devaient se poursuivre tard dans la nuit sous les flonflons de la fête forraine. Le dimanche, après la messe anniversaire célébrée par le Père Gillet, de nationalité belge et conduite par le Père Chalmandrier, l’assistance se rendait dans le parc de l’Hôtel de Ville où M. Lechleitner remercia Marche-les-Dames d’avoir donné le nom de Pontailler à une de ses rues. M. Céréssiaux répondit sous la forme d’un poème en hommage à la Bourgogne, qui fut très applaudi.

La société de musique donna un concert en plein air. Entre deux interprétations, deux jeunes tambours remirent des gerbes roses aux épouses des édiles belges. Sur la pelouse du parc, on dansa le quadrille en longue robe pastel et en uniforme seyant, veste officer noire et pantalon rouge à bande noire.

L’après-midi, eut lieu l’affrontement au stade du Pâquier entre les deux équipes de football pour qui le ballon allait à l’évidence trop vite, en raison des libations de la veille.

Le séjour se termina dans l’amitié et la fraternité chez les familles d’accueil.

Tags

Comments are closed