Si ce n’est plus l’euphorie des premiers contacts, les liens qui se sont créés entre les familles des deux communautés sont bien scellés.
On se connaît, on est heureux chaque année de se revoir tous, parents, enfants qui ont grandi et de connaître ainsi la vie de chacun dans l’année qui se raconte au cours de ces visites tantôtà Marche-les-Dames, tantôt à Pontailler.
C’est une délégation de 130 amis belges qui arriva à Pontailler et qui fut accueillie dans la liesse générale par M. Lechleitner dans le parc de l’Hôtel de Ville. M. Ceressiaux, Premier Echevin, évoqua devant l’auditoire la réforme administrative qui allait faire de Marche-les-Dames une partie du Grand Namur à partir du 1er janvier 1977. Puis ce fut la remise des cadeaux ; du côté français avec des tastevins aux ares de Pontailler et du coté belge avec de la dinanderie, en particulier des assiettes en cuivre.
Après un défilé de majorettes, la soirée du samedi se terminait dans les familles françaises, chacun pouvait soit se divertir avec le bal des routiers, les autres allant se reposer après cette journée de voyage sous grande chaleur.
Suite à la traditionnelle messe du dimanche, célébrée par le Père Chalmandrier et le dépôt d’une gerbe au monument aux morts par M.
Lechleitner, Maire et M. Bonnet, Bourgmestre, un vin d’honneur fut servi à l’Hotel de Ville dans le cadre enchanteur des bords de Saône après une nouvelle prestation des majorettes, vivement applaudies. La rencontre de football RE Wartet/CS Pontailler se terminait sur le score de 2 buts partout. Le public des deux pays était alors invité à suivre les jeux organisés par Marc Boulangé au nom de la cigarette ‘Gauloise longue ‘ et pendant plus d’une heure, chacun s’est diverti avec les jeux du podium et en finale un radio crochet. A ce tour de chant, nous avons eu le privilège d’entendre Roland
Paupion, Jean Claude Sage, Mme Mouillon, la jeune Blanchard qui chantait ‘ la
bonne du curé’. Quel Spectacle !
Le comité Pontiliacien entraînait en suite les familles belges et françaises sous les toiles de super dancing Styx pour un buffet campagnard suivi du bal du jumelage.
Le lundi 5 juillet à 10 heures, les autorités des deux communautés et les familles se retrouvaient au cimetière pour se recueillir sur les tombes de deux des leurs, M B. Gourmet et L. Dagorn, disparus dans l’année. Ensuite, personnalités et populations se retrouvaient au cinéma Tivoli pour assister à la projection du film réalisé en 75 lors du 6me anniversaire du jumelage
à Marche-les-Dames.
Après le repas pris dans les familles françaises, un dernier rendez-vous était fixé place de l’Eglise vers 16 heures et la délégation belge faisait ses adieux à ses amis français après trois journées passées à la satisfaction générale.

0 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous reading
Jumelage 1977 (B)
Next reading
Jumelage 1975 (B)