Samedi 2 juillet, 16h, les Belges arrivent.. Après les embrassades , les retrouvailles et la remise d’un bouquet de fleurs par les jumelés aux épouses belges, le défilé se formait avec, ouvrant la marche, les enfants belges et français, la musique ‘ la Belle Défense de St Jean de Losne ‘, le char La troèka de l’Amicale St Martin de Maxilly et les délégations belges et françaises.
Le lendemain lundi, les délégations partirent à la découverte du Château de Talmay, village situé à quelques kilomètres de Pontailler qui fait partie du patrimoine culturel régional et où s’éjourna Henri IV. L’apéritif fut offert par le Comité français avant l’au revoir et le départ, à regret, de la communauté belge.
Après plusieurs sérénades, par la fanfare et prestations par les animateurs de la St Martin tout ai long du parcours, c’était l’arrivée dans le parc de l’Hôtel de Ville devant un nombreux public pour les discours. Sur le podium, Ch. Garnier, Président du Comité de Pontailler, commençait son allocution. M. M.Péharpré lui répondait chaleureusement et le Maire de Pontailler , M. A.Chalumeau prit la parole pour manifester la joie de tous de se retrouver ensemble. Vint ensuite la distribution des cadeaux, d’une part entre les deux comités qui se remettaient le panier traditionnel rempli de produits de chaque pays. Par ailleurs, M. Chalumeau remettait au Président belge un tableau représentant le pont de la Vieille Saône. A son tour, M. M.Péharpré offrait au Maire de Pontailler un tableau représentant un pont de Jambes. Après un nouveau spectacle donné par les animateurs de la Troîka, la Belle-Défense exécutait un concert très applaudi. En soirée, 200 personnes se retrouvaient au stade du Pâquier pour déguster une bonne part de l’omelette géante préparée dans le poale Félicie par les spécialistes de la St Martin avec la Présidente Mme F. Geay, alors que deux parties humoristiques de football avec les ‘ Culs Frits du Val de Saône ‘ et les ‘ Ricarmen de Wallonie ‘.
Dimanche, Français et Belges se retrouvaient à la messe célébrée par le Père Chalmandrier et animée par le Père Raoul Mutin et son équipe de la Route Chantante. Après la cérémonie au monument aux morts, les délégations se retrouvaient pour un nouvel apéritif à l’Hôtel de Ville tandis qu’ils embarquaient ensuite au port de la Saône sur le bateau Béatrice pour faire une croisière en direction de Gray. Un après midi merveilleux avec le repas pris dans les deux salles du bateau, dans un décor de verdure et de calme tout au long du parcours. Après le retour de cette promenade, c’était le repas officiel du jumelage qui eut lieu à la salle des fêtes décorée de deux vastes drapeaux belge et français, mais surtout d’un exceptionnel décor, comme on en avait jamais vu ; une fresque aux grandes dimensions, peinte par M. Cornot, garnissait le fond de la salle avec des palmiers, une baigneuse se tenant à une planche à voile dans l’eau, bref, un décor de région tropicale plus vrai que nature. Au cours de la soirée, les deux communautés présentaient chacune un spectacle au milieu du repas alors qu’un excellent orchestre, les ménestrels de Radio France Bourgogne, entraînait dans la danses les couples jusqu’à trois heures du matin.
Après une telle soirée, les jumelés se retrouvaient le lundi à la salle des fêtes en fin de matinée pour l’apéritif. Une fois le repas pris dans les familles, arriva le temps des adieux et du retour de nos amis belges sur les bords de la Meuse.

0 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous reading
Jumelage 2001 (B)
Next reading
Jumelage 1987 (B)