Week-end chargé pour les jumeaux de Marche-les-Dames et Pontailler sur Saône. Le temps et l’ambiance amicale étaient de la partie.

Il faisait superbe samedi dernier, pour l’arrivée à Marche-les-Dames de la délégation française de Pontailler. C’est la 32ème fois que ces festivités ont lieu.

Lors de la séance académique à la salle la Bourguignonne, Baudouin Sohier, le nouveau président à la suite du décès de M Jean Lefevre, a dans un premier temps rappelé le courage et l’obstination de son prédécesseur. Il était à la tête du jumelage depuis 1995. Attentif, persuasif, actif, associant l’humour au sérieux, il ne renonçait jamais à participer à défendre et à promouvoir le jumelage. A la suite du décès,  le comité a été recomposé et s’est élargi à de nouvelles figures, Philippe Lange, Jacques Maziers, Anne-Sophie et Michael Dangoisse, Christan Ippersiel. Cette équipe de 16 personnes a choisi Baudouin Sohier comme président, aidé de deux vice-présidentes, Geneviève Jaumotte et Jeaninne Constant.

Le président a rappelé que de nouveaux dirigeants politiques se trouvaient à la tête des deux entités depuis la dernière rencontre.

Promesse

Il a encore insisté sur les échanges qui doivent avoir lieu pour que prime l’amitié. De nouveaux jumeaux ont été accueillis, la famille Denis Garnier avec la famille Dangoisse. Ils font ainsi partie des quelques 70 personnes qui ont  fait le déplacement depuis la France.

La version 2001 du jumelage s’est voulue Light, afin que chacun puisse profiter de l’amitié entre les familles.

Gérard Roussy, président français du jumelage a expliqué que celui-ci était une histoire de famille et que chacun avait  la volonté de poursuivre. Il a remercié le comité belge pour son travail et sa volonté de bien faire. Le premier échevin de la ville de Namur, Bernard Ducoffre, a affirmé que le Collège Echevinal essaierait de répondre, dans la mesure des possibilités, aux besoins des communes. ‘Un jumelage, expliqua-t-il est une manière de faire l’Europe, concrètement. Pourquoi ne pas imaginer le jumelage des familles Verhofsadt et Chirac ou encore Michel et Jospin.

Des hectolitres de bière et de vin

M Hubert Camp, premier adjoint au maire, a donné lecture d’un message du maire qui insiste sur l’ouverture vers l’autre. Il a rappelé les 32 ans de jumelage, les 128 discours officiels, les hectolitres de bière belge et les tonneaux de vin français bus à ces occasions, dans la joie. Il a insisté sur le dynamisme des deux équipes et a montré la volonté des deux villes de poursuivre dans le sens d’une plus grande amitié. Les cadeaux ont ensuite été échangés entre les autorités des deux villes.

La journée du dimanche était réservée à la visite de Chevetogne.

Lundi une cérémonie au monuments aux morts a débuté la journée avant la messe du jumelage, avec la participation des chorales de Wartet et Marche-les-Dames. Une réception, une de plus, à a salle La Bourguignonne, suivie de l’apéritif et du repas dans les familles, avant le départ et la promesse de se revoir bientôt

0 commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Previous reading
Jumelage 2002 (F)
Next reading
Jumelage 1988 (F)